Livre photo : D-Day et la bataille de Normandie Par Antony Beevor
FOND ECRAN
FAVORITES
CONCOURS PHOTO
FORUM PHOTO
BLOG
CONTACT
  
  
  
  
Partager vos photos
Email Pass  OK
 
 Animaux
   Chien
   Chat
   Cheval
   Oiseau
   Papillon
   Insecte
   Animal Aquatique
   Autres Animaux
 Nature
   Fleur
   Rose
   Arbre
   Champignon
 Objet
   Voiture
   Moto
   Sport
 Fête
 Artistique
   Montage Photo
   Retouche Photo
 Voyage
France
   Paris
  Concours Photo | Concours Photo 2015
 
Détail sur le produit
D-Day et la bataille de Normandie

D-Day et la bataille de Normandie
Par Antony Beevor

Prix: EUR 26,40 & éligible à la livraison gratuite pour les commandes de plus de EUR 25. Détails
ACHETER

Disponibilité: Habituellement expédié sous 24 h
Expédié et vendu par Amazon.fr

39 Disponible neuf ou d'occasion EUR 3,17

Moyenne des commentaires client:
(48 commentaires clients)

Description du produit

Le Débarquement allié en Normandie, le 6 juin 1944, passe à juste titre pour un des grands tournants de la Seconde Guerre mondiale - à tel point que dans l'esprit de beaucoup de Français le reste de la guerre ne fut qu'une formalité. Or, il n'en est rien. Si le Débarquement fut un de ces moments où se forgent les légendes, la bataille qui s'ensuivit, connue sous le nom de bataille de Normandie, fut autrement plus longue, difficile, émaillée d'atrocités - et décisive. En effet, une défaite alliée aurait eu des conséquences géopolitiques majeures pour l'Europe, car rien alors n'aurait pu empêcher l'Armée rouge de pousser jusqu'à l'Atlantique. Or, Antony Beevor révèle, pour la première fois, à quel point le désordre, l'improvisation, les erreurs stratégiques et tactiques, l'impréparation de leurs troupes faillirent coûter leur victoire aux Alliés. Seule leur écrasante supériorité aérienne leur permit de l'emporter - mais à quel prix, notamment en vies civiles françaises et en morts accidentelles dans leurs propres rangs ! D-Day et la bataille de Normandie est le premier livre d' historical narrative à l'anglo-saxonne sur ces trois mois de guerre totale publié en France depuis Le Jour le plus long, de Cornelius Ryan, qui date de 1959. Antony Beevor a pu consulter des archives rendues publiques aux Etats-Unis et en Angleterre en vertu des délais de prescription, mais aussi des documents inédits allemands, français et canadiens, et retrouver nombre d'enregistrements originaux, dont les débriefings des soldats américains enregistrés à chaud par le service d'information des armées, ce qui lui a permis de croiser les témoignages et d'approcher au plus près le vécu des combattants sur le terrain. C'est à une reconstitution entièrement nouvelle et à rebours des mythes dominants qu'il nous convie, en maniant comme lui seul sait le faire le zoom : tantôt au plus près de l'act


Détail sur le produit

  • Rang parmi les ventes Amazon: #27001 dans Livres
  • Publié le: 2009-05-27
  • Langue d'origine: Anglais
  • Nombre d'articles: 1
  • Dimensions: 9.45" h x 1.73" l x 6.06" L,
  • Reliure: Broché
  • 638 pages

Révisions éditoriales

Revue de presse
"D-Day et la Bataille de Normandie est le premier livre d'« historical narrative » à l'anglo-saxonne sur ces trois mois de guerre totale [...]. C'est donc à une reconstitution entièrement nouvelle et à rebours des mythes dominants qu'il [Antony Beevor] convie le lecteur, en maniant comme personne le zoom, tantôt au plus près de l'action sur le terrain pour montrer, tantôt en altitude pour expliquer."
39/45 magazine
 

"Oui, un grand récit épique et humain."
M. F. M., La Croix


"Un panzer éditorial qui enfonce tout sur son passage. Une histoire-bataille à l'anglo-saxonne, terriblement efficace, une fresque haletante, monumentale."
Grégoire Kauffmann, Figaro magazine

"Un ouvrage magistral sur le Débarquement et la bataille de Normandie par l'un des meilleurs spécialistes de la Seconde Guerre mondiale."
Eric Roussel, Figaro littéraire

"Le livre tire sa force du principe narratif retenu par l'auteur. Alternant considérations générales et anecdotes, Antony Beevor plonge le lecteur dans la fumée des combats ou dans la boue humide des pâturages normands."
L'Histoire

 

Présentation de l'éditeur

    Le Débarquement allié en Normandie, le 6 juin 1944, passe à juste titre pour un des grands tournants de la Seconde Guerre mondiale – à tel point que dans l’esprit de beaucoup de Français le reste de la guerre ne fut qu’une formalité. Or, il n’en est rien. Si le Débarquement fut un de ces moments où se forgent les légendes, la bataille qui s’ensuivit, connue sous le nom de bataille de Normandie, fut autrement plus longue, difficile, émaillée d’atrocités – et décisive. En effet, une défaite alliée aurait eu des conséquences géopolitiques majeures pour l’Europe, car rien alors n’aurait pu empêcher l’Armée rouge de pousser jusqu’à l’Atlantique. Or, Antony Beevor révèle, pour la première fois, à quel point le désordre, l’improvisation, les erreurs stratégiques et tactiques, l’impréparation de leurs troupes faillirent coûter leur victoire aux Alliés. Seule leur écrasante supériorité aérienne leur permit de l’emporter – mais à quel prix, notamment en vies civiles françaises et en morts accidentelles dans leurs propres rangs !

   D-Day et la bataille de Normandie est le premier livre d’« historical narrative » à l’anglo-saxonne sur ces trois mois de guerre totale publié en France depuis Le Jour le plus long, de Cornelius Ryan, qui date de 1959. Antony Beevor a pu consulter des archives rendues publiques aux États-Unis et en Angleterre en vertu des délais de prescription, mais aussi des documents inédits allemands, français et canadiens, et retrouver nombre d’enregistrements originaux, dont les « débriefings » des soldats américains enregistrés à chaud par le service d’information des armées, ce qui lui a permis de croiser les témoignages et d’approcher au plus près le vécu des combattants sur le terrain. C’est à une reconstitution entièrement nouvelle et à rebours des mythes dominants qu’il nous convie, en maniant comme lui seul sait le faire le « zoom » : tantôt au plus près de l’action sur le terrain pour montrer, tantôt avec du recul pour expliquer.

Biographie de l'auteur
Depuis vingt ans, Antony Beevor se consacre comme écrivain à l’histoire du XXe siècle et articulièrement à la Seconde Guerre mondiale, dont il est devenu un expert incontesté. Ses livres les plus récents sont D-Day et la bataille de Normandie et La Seconde Guerre mondiale,tous deux chez Calmann-Lévy. Il a reçu de nombreux prix et a vendu plus de six millions d’exemplaires de ses oeuvres en trente langues.


Commentaires clients

Commentaires clients les plus utiles

11 internautes sur 11 ont trouvé ce commentaire utile.
5Un événement majeur de la seconde guerre mondiale par un grand historien anglo-saxon.
Par bir-hacheim
J'avais beaucoup de prévention concernant cet ouvrage. Une histoire de plus de cet événement majeur par un auteur souvent critiqué en France.
Bizarrement, je n'avais jusqu'ici, pas encore lu l'un des ouvrages de cet historien britannique, auteur de quelques best-sellers de ces dernières années: Stalingrad, Berlin 1945 et la guerre d'Espagne pour citer ses ouvrages majeurs.

Et bien, je viens de sortir de la lecture de ce "D-Day et la bataille de Normandie" très satisfait ! Je comprends que le style d'écriture à l'anglo-saxonne puisse parfois agacer les puristes de l'histoire militaire car Beevor, à l'instar d'un John Keegan, passe régulièrement de la narration de fond des faits historiques aux anecdotes localisées. Mais pour ma part, il s'agit d'une démarche à la fois efficace (pour les best sellers !) mais aussi impliquant directement son lecteur. De fait, je considère qu'Anthony Beevor fait partie de ces historiens écrivains qui visent à faire aimer l'histoire à un large public ! Et il en faut !

Au delà du processus littéraire, sa démarche permet également de mettre le doigt sur quelques faits majeurs des mois de juin à août 1944: les divergences croissantes entre américains et britanniques, les erreurs de conception opérationnelle et de mise en œuvre tactique des alliés anglo-saxons, les erreurs stratégiques et opérationnelles du commandement allemand, l'épuisement progressif des troupes allemandes engagées, la violence - partagée - des deux adversaires l'un vis à vis de l'autre avec en tâche de fond la souffrance des populations civiles et du cheptel animal.

Bref, toujours pour moi, il s'agit d'un ouvrage majeur sur un événement tout aussi important de la seconde partie de la deuxième guerre mondiale. Lire en complément l'excellente "Histoire du débarquement en Normandie" d'Olivier Wieviorka aux éditions du Seuil en 2007.

23 internautes sur 24 ont trouvé ce commentaire utile.
5Excellent ouvrage !
Par Vik50
Un excellent livre consacré à la plus grande opération de débarquement de la Seconde Guerre mondiale.
Contrairement à la plupart des ouvrages sur le sujet, le livre d'Antony Beevor consacre une large part au vécu et au ressenti des populations libérées, souvent dans la douleur, et à celui des soldats du front.
La stratégie alterne avec les anecdotes locales, ce qui rend la lecture plus passionnante encore.
Un seul (petit) bémol : la traduction est inégale, souvent très claire, parfois un peu approximative quant aux termes purement militaires.
Cela ne gâche pas la qualité de l'ouvrage, qui se présente déjà comme une référence.
Le petit plus : le livre de Beevor est l'un des seuls à décrire les terribles souffrances endurées par la population Normande, qui a payé sans aucun doute le plus lourd tribut à la libration de notre pays.
Bravo et merci Monsieur Beevor !

28 internautes sur 30 ont trouvé ce commentaire utile.
5Précis et éclairant
Par Jules Alexandre Théophraste de Corvée de Ch...., dit "Dupond"
Les ouvrages de Beevor sont toujours précis et agréables, en alternant vision globale des opérations et détails vécus qui permettent d'entrer dans le théatre des opérations.
Il est surtout éclairant sur plusieurs points:

1) le rôle de la Résistance française: elle a collecté la plupart des renseignements nécessaires aux opérations et va jouer un rôle militaire important en coupant les communications allemandes et en attaquant directement les forces allemandes, exécutant plusieurs officiers importants. Sans parler de l'aide des civils aux soldats perdus et blessés, notamment les parachutistes tombés dans les marais.

2) Le rôle des Forces Françaises Libres, notamment les navires qui ont assuré un pilonnage efficace des plages.

3) L'attitude hostile des Américains: Pour Roosevelt, conseillé par Jean Monnet, hostile à la France Libre depuis Juin 40, il s'agissait d'une "invasion" et de mettre la France sous leur coupe. Elle contraste avec celle des Anglais, de Churchill notamment, qui défendit toujours les intérêts français, notamment en tentant d'éviter les bombardements américains à 10 000 pieds qui furent meurtriers pour la populations française. Au total, les Américains ont tué 60 000 civils français, plus que d'Allemands! Le comportement ordurier des GIs à Paris est décrit pour la première fois.
Cela dit, tout cela fut ambivalent, à la francophobie haineuse du couple Roosevelt- Jean Monnet, s'opposait Eisenhower, qui reconnu les mérites militaires de la Résistance et autorisa l'entrée de la 2° DB dans Paris, tandis que du côté anglais s'opposait la francophobie et l'incompétence narcissique de Montgomery à la francophilie de Churchill.

4) L'impéritie militaire des Américains apparaît clairement, notamment dans la catastrophe d'Omaha Beach, qui ne fut pas bombardée, toujours au nom de la doctrine des bombardement de haute altitude, les avions ayant bombardé la plage perpendiculairement et non longitudinalement, les bombes tombèrent dans l'arrière pays. Par contre, l'excellence des troupes britanniques dans le combat au sol est révélée dans le détail, commandos britanniques qui avaient formé les hommes du commando Kieffer qui prit le casino de Ouistreham.

Bref, un ouvrage qui apporte une vision nouvelle et réaliste du débarquement.

On s'étonnera d'autant plus d'une liberté que prend Beevor à la fin de l'ouvrage (page 559) en attribuant à De Gaulle cette formule "la France n'a pas d'amis, elle n'a que des intérêts", sans aucune référence. La phrase est en réalité de Lord Palmerston, le plus long ministre de la Reine Victoria a propos de la politique de puissance de l'Empire anglais. Si cette phrase avait été dite, on imagine aisément qu'elle n'aurait pas attendu 2009 pour être complaisamment répétée...

Voir tous les 48 commentaires clients...

Photos en rapport

Je vous présente ses falaises avec leurs reflets dans le ...
Je vous présente ses falaises avec leurs reflets dans le ...
Ce coucher de soleil nous accueille pour notre première ...
Ce coucher de soleil nous accueille pour notre première ...
Depuis la falaise amont, vue générale de la très ...
Depuis la falaise amont, vue générale de la très ...


Livre photo

Sous-Rubriques :
Livre Bd | Livre Chat | Livre Cheval | Livre Chien | Livre Cuisine |
Livre Informatique | Livre Jeunesse | Livre Manga | Livre Photo |
Livre Photoshop | Livre Poche | Livre Regime | Livre Roman | Livre Voyage |

Livres à partir du Buzz photo :
Livre Montagne | Livre Montage photo | Livre Coucher soleil | Livre Noel | Livre France hautes alpes | Livre Fleur orchidee phalaenopsis | Livre Automne | Livre Chat europeen | Livre Fleur rose | Livre Cheval |

CLASSEMENTS PHOTO
> Votre photo ici
Nouveautés | Debutants
1024x768|1280x1024
1280x800|1440x900
Wallpaper Iphone
> Les + commentées
> Les + vues
> Les mieux notées
> Les favorites
> Groupes
> Albums photo
> Photos sur carte
> Photos au hasard
> Photos par couleur
> Noir et Blanc | HDR
> Photos sans com
> Photographes
> Classification
> Appareil photo
> Objectif photo


Toujours le blog qui bricole
Création du LOGO pour L'HIVER 2016 !
L'ouest du Sénégal : dans le village de Somone
Probleme avec les blogs maintenant.
Probleme avec les photos en vertical
Rencontres de D.MARSIM et NINIK en décembre 2016
Aucune utilisation (autre que privée) des images exposées sur le site n'est autorisée sans l'accord de l'auteur.
Toute image peut être retirée du site par simple demande de l'auteur.