Livre photo : Bleus sont les étés Par Christian Signol
FOND ECRAN
FAVORITES
CONCOURS PHOTO
FORUM PHOTO
BLOG
CONTACT
  
  
  
  
Partager vos photos
Email Pass  OK
 
 Animaux
   Chien
   Chat
   Cheval
   Oiseau
   Papillon
   Insecte
   Animal Aquatique
   Autres Animaux
 Nature
   Fleur
   Rose
   Arbre
   Champignon
 Objet
   Voiture
   Moto
   Sport
 Fête
 Artistique
   Montage Photo
   Retouche Photo
 Voyage
France
   Paris
  Concours photo | Concours photo 2015
 
Détail sur le produit
Bleus sont les étés

Bleus sont les étés
Par Christian Signol

Prix: EUR 5,60 & éligible à la livraison gratuite pour les commandes de plus de EUR 25. Détails
ACHETER

Disponibilité: Habituellement expédié sous 24 h
Expédié et vendu par Amazon.fr

66 Disponible neuf ou d'occasion EUR 0,01

Moyenne des commentaires client:
(11 commentaires clients)

Détail sur le produit

  • Rang parmi les ventes Amazon: #106216 dans Livres
  • Publié le: 2000-11-15
  • Langue d'origine: Français
  • Nombre d'articles: 1
  • Dimensions: .40" h x 4.30" l x 7.00" L, .30 livres
  • Reliure: Poche
  • 220 pages

Révisions éditoriales

Quatrième de couverture
Aurélien, le vieux berger, vit seul sur le causse depuis toujours. L'existence lui a refusé la compagne qui aurait adouci ses jours et, pire encore, la descendance à qui il aurait transmis son héritage de terrien élevé sous les étoiles, loin de ces villes qu'il n'a jamais vues. Au cours d'un été magnifique, des vacanciers s'installent au hameau. Entre Benjamin, le jeune fils adoptif de ces Parisiens, et le vieil Aurélien se noue une complicité immédiate et forte. Aurélien initie le jeune garçon à la beauté sauvage et rude de ce pays d'herbe rase, de pierres et de genévriers. Partageant les bonheurs les plus simples - le vol d'épervier, la surveillance du troupeau -, le vieil homme et l'enfant ne se quittent plus. La séparation, poutant inévitable, leur semble impossible.


Commentaires clients

Commentaires clients les plus utiles

1 internautes sur 1 ont trouvé ce commentaire utile.
5LES FILIATIONS DU COEUR ET L'ODE A LA NATURE DANS UNE EMOTION PENETRANTE
Par CHEVALIER
Aurélien est dans l'âge sévère de l'existence. De celui ou l'on commence à maudire l'inéluctable fuite du temps. Particulièrement quand celle ci est parsemée de regrets à jamais figés dans le glacier assombrie de ses hasards malencontreux. Ces fracas caillouteux qui l'on privés de la douceur d'une compagne qui aurait porté l'affection d'une progéniture ayant repris la flambeau de son acvtivité de berger dans son hameau. Et il se meurt de solitude. L'arrivée impromptu de parisiens en séjour pour les vacances et la rencontre d'avec leur très jeunes fils va raviver en lui la bougie consumée des flots de pétillements de la vie. Et dès le début du roman, ce ressent spontanément la naissance d'une révélation chez ce vieil homme. Celle d'un enfant qui va faire naitre ces petites semences de gaieté qui comme le blé doré vont l'éblouir d'un amour qu'il n'a plus partager depuis des années. Dès la première rencontre entre les deux extrémité de l'âge, le lien qui va se forger commence déja à se consolider ("L'espace d'un instant, il se demanda vaguement si c'était d'un enfant qu'il avait besoin, ou seulement de retrouver l'enfant qu'il avait été. Non ! L'enfant qu'il avait été sommeillait en lui, bien vivant. Celui-là lui appartenait. Il savait tous de ses rires, de ses peurs, de ses petits bohneurs. C'était de bien autre chose qu'il avait besoin aujourd'hui : C'était de se voir aimé, lui, le vieux, l'inutile, dans les yeux d'un enfant. Il devina que la rencontre du chemin l'avait brûlé jusqu'au os.") Puis l'enfant va lui offrir le don de sa présence quasi-permanente. Il va faire connaissance avec les brebis, surgir brusquement aus premiers instants de la matinée, le questionner sur les raisons cachées de son statu de célibataire endurci. L'accompagner lors de longues promenades avec le troupeaux, ensoleillées de confidences passionnantes, et même l'aider dans les nombreuses tâches quotidiennes. Jusqu'a ce que l'attachement réciproque ne soit définitivement soudé après une brève séparation conduisant à des retrouvaiiles émouvantes et inhabituelles pour l'aînés, dans des gestes d'affectivité rendu amnésique depuis des décennies ("Le choc qu'il reçut contre lui le fit chanceler, il ne comprit pas quels étaient ces bras qui le seraient et quelle était cette tête qui s'appuyait contre son torse. Il ne connaissait pas les gestes qu'il aurait dû faire pour répondre"... " Voila, il avait relié ces deux mondes qui ne se rencontreraient jamais, sinon à travers eux. Ils avaient aussi retrouvé le rire et le bohneur si simple d'être ensemble, sans que ni l'un ni l'autre ne sût pourquoi. Ils avaient refait connaissance et s'étaient raconté les deux mois qui venaient de passer"), puis le bohneur fugace d'une adption provisoire quand le petit va passer sa première nuit chez lui ("Voila c'était fait : un enfant dormait dans sa maison. Est qu'est-ce qui l'empêchait de penser que c'était le sien, qu'il était là pour veiller sur son sommeil, le protéger comme tant de pères qui veillent sur leur fils partout dans le monde... Il n'osait plus bouger, à peine respirer. L'heure qui passa lui parut pleine et ronde comme un soleil. Il avait tout. Il n'avait jamais été aussi heureux. La nuit se referma autour de la maison et se mit à ronronner comme un chat dans son coussin... Il entra dans la maison, se dirigea vers sa chambre, hésita, revint sur ses pas, marcha vers l'autre chambre, poussa la porte. Alors, la laissant entrebâillé pour avoir un peu de lumière, immobile comme le temps qui venait enfin de s'arrêter, il écouta respirer l'enfant qui ne le quitterai plus") La hantise pour Benjamin de la perte de l'être aimé quand Aurélien va faire un brusque malaise. Une deuxième séparation lente et tragique va venir, le petit garçon ne voulant point partir et le vieux partagé entre impuissance devant l'autorité des parents et l'acquièsement à la peine de l'enfant à qui il porte un amour sans borne. Puis de nouvelles retrouvailles, cette fois sur Paris ou Aurélien joue les invité surprise. Un nouveau départ ou il ne semble plus question de revenir à Noel, entraîne pour finir une fugue du gamin désirant vivre en permanence chez le gardien de troupeaux. Ses parents voulant en plus l'empêcher de continuer à lui rendre de temps à autres visite. Il faudra l'intervention des gendarmes pour que s'ensuive une dissolution peut être définitive. Christian Signol nous atteint de nouveau le coeur de plein milieu, pour nous sentir pleinement concernés dans une intensité insoupçonnée. Un ton simple, accessible, épuré, mais sacrément qualitatif. Avec un style qui décèle l'envie d'aller droit à l'essentiel, dans le plus vif des ressentiments. Chaque phrase est pesée, chaque mot est milimétrés de manière à ca que chacun de nous s'implique en totalité en se fondant soit sans la peau du vieil homme, soit dans celle de l'enfant... ou des deux en même temps. L'émotion est à foison. La terre, racine même des revendications nobles et éternelles, celle même de cet amour éperdu de la nature. De ces retours au vrais valeurs de la vie, tout le contraire des galvaudages superficiels de la ville et de son bétonnage triste et laid. L'attachement exceptionnel de deux êtres. Cette fusion vive et exclusive, comme un grand père et son petit-fils. Le fait de tout partager, encadrer de sublimes paysages ou les liens sont de plus en plus étroits. L'amour non pas de sang, mais de raison. Cette spiritualité pleine et émotionnelle à jamais marqué du sceau de l'amour. On est saisis jusqu'au fibres les plus infimes des ressentits de l'émotif. J'ai une véritable admiration pour Christian Signol. Ces hymnes répété à l'enfance, à la nature, à la transmission, aux partages, à l'amour tout simplement. Ma bibliothèque est ornée d'une douzaine de ses romans, et ils ne sont pas près de prendre la "clés des champs". Un auteur des plus marquant éternellement !

2 internautes sur 2 ont trouvé ce commentaire utile.
5La rencontre extraordinaire d'un vieux du causse.
Par Testing-Girl
C'est encore une belle histoire signée Christian Signol.
Bien émouvante, cette histoire de la rencontre d'un vieux Berger, sans enfants, et d'un petit garçon. Une filiation impossible qui tournera donc au drame.
J'ai bien aimé l'écriture simple, la vie à la campagne du petit hameau tout déserté,...

2 internautes sur 3 ont trouvé ce commentaire utile.
2Lourdeur et manque de subtilité à déplorer, hélas
Par dom370
Le thème ayant tout pour m'attirer (la vie du hameau déserté, les causses, cette rencontre qui s'annonçait poignante, la confrontation ville/campagne), je pensais vraiment que ce livre de Christian Signol me ferait passer un bon moment, entre détente et émotion.
Malheureusement, Signol a singulièrement manqué de subtilité pour décrire cette amitié impossible. Les quatre premiers chapitres sont passés à ressasser le regret du vieux berger de n'avoir jamais eu de fils, ce qui, outre la lourdeur que cela implique, laisse penser dès le début que les événements à venir sont courus d'avance (ce qui sera plus ou moins le cas). Cette idée pouvait se suggérer au détour d'un dialogue sans avoir à insister autant sur ce point...
Ce personnage du vieux entre alors dans la caricature pour ne jamais vraiment en sortir tout au long de l'histoire.
En revanche, celui de l'enfant m'a paru, lui, un peu trop mâture pour son âge.

La rencontre s'annonçait mal et ce fut le cas : en voulant user de pudeur, Signol ne nous fait jamais vraiment entrer dans leur relation, nous privant un peu de l'attachement qu'on aurait pu ressentir pour les deux personnages principaux. Pire, ce sentiment naissant est traîté comme une histoire d'amour, ce qui m'a pas mal dérangé tout au long de la lecture de l'ouvrage.

Bref, j'ai été très déçu par ce livre, même si l'histoire prend un peu d'ampleur sur la fin. Si je mets deux étoiles, c'est pour la sincérité de l'auteur, même maladroite, et pour le fait d'oser décrire un univers à l'encontre du modernisme récurrent et quelque peu totalitaire dans bien des médias d'aujourd'hui.

Voir tous les 11 commentaires clients...

Photos en rapport

Dans le parc Meissonier de Poissy, il y a cette ancienne ...
Dans le parc Meissonier de Poissy, il y a cette ancienne ...
Pour les jeunes c est la photo mystère, pour les anciens ...
Pour les jeunes c'est la photo mystère, pour les anciens ...


Livre photo

Sous-Rubriques :
Livre Bd | Livre Chat | Livre Cheval | Livre Chien | Livre Cuisine |
Livre Informatique | Livre Jeunesse | Livre Manga | Livre Photo |
Livre Photoshop | Livre Poche | Livre Regime | Livre Roman | Livre Voyage |

Livres à partir du Buzz photo :
Livre Noel | Livre Coucher soleil | Livre Automne | Livre Chat europeen | Livre Montage photo | Livre Fleur rose | Livre France hautes alpes | Livre Cheval | Livre Montagne | Livre Arbre |

CLASSEMENTS PHOTO
> Votre photo ici
Nouveautés | Debutants
1024x768|1280x1024
1280x800|1440x900
Wallpaper Iphone
> Les + commentées
> Les + vues
> Les mieux notées
> Les favorites
> Groupes
> Albums photo
> Photos sur carte
> Photos au hasard
> Photos par couleur
> Noir et Blanc | HDR
> Photos sans com
> Photographes
> Classification
> Appareil photo
> Objectif photo


Vote pour le LOGO de l'hiver 2016 -2017 !
Création du LOGO pour L'HIVER 2016 !
Probleme avec mon blog : taille des photos par défaut
L'ouest du Sénégal : dans le village de Somone
Toujours le blog qui bricole
Probleme avec les blogs maintenant.
Aucune utilisation (autre que privée) des images exposées sur le site n'est autorisée sans l'accord de l'auteur.
Toute image peut être retirée du site par simple demande de l'auteur.