Retour au site FEI
Forum pour photographes
Bienvenue sur le forum photo de la communauté de Fond-Ecran-Image.com
CHARTE DU FORUMSujets importants StatisticsStatistiques
FAQ FAQ   RechercherRechercher Lexique  Géolocalisation des membresMembresMembres   GroupesGroupes     CalendrierCalendrier  S'enregistrerS'enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

Mon voyage en Roumanie de Léna.


Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21  Suivante
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FEI Index du Forum -> Forum voyage en Europe (hors France)
Voir le sujet précédent :: Voir le sujet suivant  
Auteur Message
Perronnet Catherine
Perronnet Catherine sur FEI

MessageImprimer : Que de belles et douces choses dans ce voyage! L'architecture et l'entretien des églises, Posté le: Jeu 25 Jan 2018 11:54    Sujet du message: Re : Mon voyage en Roumanie de Léna.
Répondre en citant Signaler un problème sur ce message

Que de belles et douces choses dans ce voyage! L'architecture et l'entretien des églises, monastères et palais est un régal pour les yeux. La campagne verte ou pelée est dépaysante. Le contact avec les Roumains que vous avez rencontrés toujours sincère et chaleureux.
On a bien sûr envie que le lien qui existe entre nos deux pays ne se desserre pas. Merci à vous deux pour le partage.

_________________

"Les jours sont des fruits et notre rôle est de les manger, de les goûter doucement ou voracement selon notre nature propre, de profiter de tout ce qu'ils contiennent, d'en faire notre chair spirituelle et notre âme, de vivre" Jean Giono
Retour haut de page
Hors Ligne Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Didi
Didi sur FEI

MessageImprimer : :clic: merci Léna pour toutes ces magnifiques photos, l eau les barques, ces envols d oisePosté le: Sam 27 Jan 2018 21:27    Sujet du message: Re : Mon voyage en Roumanie de Léna.
Répondre en citant Signaler un problème sur ce message

photo merci Léna pour toutes ces magnifiques photos, l eau les barques, ces envols d oiseaux, ce jardin magnifique près de l eau, les terres aux riches couleurs, les gens le bétails, les autruches, ce don de raisins de ces gentilles dames , les fresques magnifiques à l intérieur de ses superbes églises ext.
tes descriptions du voyage sont des plus intéressantes, encore merci, bisous
du Québec à vous deux, Didi aimer

_________________
Dernière mise à jour sur son blog : Venez visiter Didi cet automne SVP MERCI
shalom paix à vous tous, je suis une pacifiste née, j,aime la nature , les animaux et aussi les humains. j,aime la spiritualité et le Divin. l,amitié pour moi est sacrée, je suis née sous le signe des poissons, j,ai une bonne écoute selon mes amies. je suis mariée depuis 51 ans avec un homme merveilleux. j,ai 2 fils et 2 petits fils . une fille de coeur et ses 2 fils, je dis merci à la vie, Didi
xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx


/ L'AMOUR.../
L’amour est une force plus formidable que tout autre. Il est invisible, il ne peut être observé ou mesuré, mais il est assez puissant pour vous transformer en un instant et vous offre plus de joie que toute possession matérielle.
Barbara De Angelis


/LE RESPECT/
Il faut beaucoup de temps et d’expérience pour comprendre que le seul moyen d’être respecté est d’être soi-même, c’est-à-dire d’avoir le courage de ne pas se travestir.

Jean Dutourd (Le séminaire de Bordeaux, 1987)

/ LA SAGESSE /
Auprès de la sagesse, tout l'or du monde n'est qu'un peu de sable.
Ce proverbe est extrait du livre de la sagesse,
Retour haut de page
Hors Ligne Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Léna
Léna sur FEI

MessageImprimer : Bonjour Joël, le récit de ce voyage demande beaucoup de temps mais Gérard participe énorméPosté le: Ven 02 Fév 2018 18:50    Sujet du message: Re : Mon voyage en Roumanie de Léna.
Répondre en citant Signaler un problème sur ce message

Bonjour Joël, le récit de ce voyage demande beaucoup de temps mais Gérard participe énormément . C'est aussi un immense plaisir pour nous deux de pouvoir revivre et partager ces moments.
Merci pour ton passage Joël.

Bonjour Cathy, la gentillesse des Roumains est un point fort et positif de ce voyage, nous ne le dirons jamais assez.
Merci Cathy de ton passage.

Bonjour Didi, je suis contente que cela te plaise toi qui habite un si beau pays, tout à fait différent de la Roumanie .
Merci de ton passage Didi, gros becs aimer Wink au Québec.


A bientôt pour la suite.....
Retour haut de page
Hors Ligne Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Léna
Léna sur FEI

MessageImprimer : 






Après avoir échangé nos coordonnées avec notre voisin français, nous quittonPosté le: Sam 03 Fév 2018 16:07    Sujet du message: Re : Mon voyage en Roumanie de Léna.
Répondre en citant Signaler un problème sur ce message








Après avoir échangé nos coordonnées avec notre voisin français, nous quittons le camping de Bucarest vers 10 heures. Il fait déjà 26 degrés.
Nous empruntons le périphérique avant de prendre la nationale de Targoviste. C’est une route plate toute en ligne droite. Le revêtement ondulé et la présence d’attelages et de tracteurs nous obligent souvent à ralentir. La plaine valaque s’étend à perte de vue avec ses champs de pomme de terre, d’oignons et de choux, légumes qui sont proposés à la vente au bord de la route. Comme toujours en Roumanie, la campagne est animée.
A Gaesti, nous quittons la nationale pour rattraper l’autoroute Bucarest-Pitesti. C’est la plus ancienne autoroute de Roumanie, construite par Ceaucescu pour que sa femme puisse se rendre dans sa résidence de Pitesti. On est en territoire connu pour les Ceaucescu. Helena est née dans un petit village près de Gaesti et nous passerons, au sud de Pitesti, près du village de Nicolae. Tous deux viennent d’humbles familles paysannes. Dans les environs, Targoviste, première capitale de Roumanie avant Bucarest, est liée à leur histoire. Dans leur fuite en décembre 1989, les Ceaucescu, après une cavale rocambolesque, furent arrêtés, incarcérés et fusillés dans cette ville. Nicolae Ceaucescu avait déjà été arrêté et emprisonné une première fois à Targoviste avant la guerre pour activité communiste. Cinquante ans plus tard, l’histoire s’est répétée ! On peut s’interroger sur cette fuite en hélicoptère vers Targoviste alors qu’il avait la possibilité de s’envoler vers un pays ami, une autre dictature. Il était écrit que le destin de ce couple devait s’accomplir dans ce triangle maudit ! Ces deux-là devaient se rencontrer pour former le couple de dictateurs le plus diabolique d’Europe centrale. Il fallait bien en parler encore une fois puisque l’Histoire est passée par ici !
L’autoroute de Pitesti est parfaite mais, dès le contournement de la ville, nous sommes englués dans des convois de camions. Pitesti est le fief de Dacia, marque automobile roumaine créée en 1966. On fabriqua ici la Renault 8 et l’incontournable R12 qui fait toujours partie du paysage automobile. Naturellement, un tel pôle économique entraine une circulation de poids-lourds non négligeable. La route de Ramnicu Valcea en est l’exemple. C’est un des principaux axes routiers du pays. Il relie Bucarest à Sibiu. Finies les lignes droites de Valachie, la route serpente à l’assaut des collines dans un joyeux foutoir infernal. Une autoroute est prévue, chose nécessaire de toute évidence, tout au moins jusqu’ à Ramnicu Valcea. Dacia, devant tant de retard, a même menacé le gouvernement roumain de fermer son usine si l’autoroute n’était pas construite. Mais, à ce jour, rien n’est fait ! Alors, on traverse des villages sans fin sur une route aux virages innombrables où les roumains hardis exercent leur art du dépassement hasardeux. Après Ramnicu Valcea, on respire enfin en quittant ce tronçon qui demande une attention de tous les instants. Nous prenons la direction de Targu Jiu après des tours et des détours sans traverser la ville. La circulation devient fluide et les camions ont disparu. C’est un itinéraire de traverse entre de vertes collines avec la chaine des Carpates comme décor. C’est presque une route champêtre où l’on peut apprécier l’architecture des maisons avec leurs porches et leurs terrasses d’inspiration ottomane et vénitienne. La belle Roumanie des campagnes nous mène jusqu’à Horezu par une route musardant dans une ruralité pleine de couleurs. Nous nous arrêtons à la sortie de Horezu au camping Strei Stejari. Il fait 32 degrés. Nous paierons 5,50 euros la nuit. Nous partageons le terrain avec une caravane roumaine et des chalets à moitié remplis au soir tombé. Il est presque 15 heures quand nous finissons de manger.





Posé au pied des Carpates, Horezu est célèbre pour ses poteries et son monastère. Nous retraversons le village et reprenons la nationale sur quelques kilomètres avant de tourner sur notre gauche pour le village de Romanii de Jos. Le monastère apparait sur la pente douce d’une colline. Il y a peu de monde en ce milieu de semaine. Ce monastère construit vers la fin du 17ème siècle, pendant le règne de Constantin Brancoveanu, est classé au Patrimoine de l’Unesco depuis 1993. Il résume bien le style Brancovan.
Ce très beau monastère habité par des nonnes abritait au 18ème siècle une école de peinture et d’ icônes réputée jusqu’ au-delà des Balkans. Les fresques intérieures sont naturellement magnifiques mais il est interdit de photographier. N’oublions pas le plafond du réfectoire qui vaut le détour. De ce monastère d’ Horezu, nous avons aussi aimé les pierres sculptées avec finesse et la sérénité qui se dégage du lieu. Pour ceux qui voudraient prolonger ce pas suspendu dans le temps, il est possible de dormir dans une des nombreuses chambres mises à la disposition des touristes de passage.







Photos Roumanie

Monastère d' Horezu








Photos Roumanie

Monastère d' Horezu 2



























































Nous repartons en traversant un village bucolique aux maisons inspirées du style Brancovan. Nous allons vers le monastère de Bistrita. La route possède encore d’anciens passages à niveaux avec une petite maison de garde-barrière abondamment fleurie, image d’Epinal que l’on croisait sur nos routes hexagonales il y a quelques décennies. Puis nous tournons à gauche dans une route longeant les gorges de la Bistrita. Le monastère du même nom apparait au pied de la montagne. Construit en 1490, son style médiéval surprend. Les fresques de l’église datent de 1850. Encore un endroit magique respirant la paix ! Un peu plus haut, l’ Hermitage de la Poupée nous observe et domine la vallée depuis 1712.
























En redescendant, nous photographions un train qui monte vers la gare. Un couple de roumains à pied prend le même cliché. Ils s’appellent Simone et Ludovic et viennent d’Iasi en Moldavie. Ludovic parle français. On les prend en voiture jusqu’à la nationale. Ludovic nous raconte qu’il est venu en France en juin pour l’Euro 2016 et le match France-Roumanie. C’était il y a deux mois et c’était à …Lens ! Quand nous lui disons que nous habitons à une soixantaine de kilomètres de cette ville, il est étonné. Le monde est petit !





Photos Roumanie

Paysage de la région d' Horezu







Avant de rentrer, nous faisons un plein de courses pour 27 euros ! Il fait encore 26 degrés à 20 heures. Le soir descend sans qu’aucune caravane ou camping-car n’arrive. Malgré la proximité de la route, nous nous endormirons facilement avec des aboiements de chiens dans le lointain.


Retour haut de page
Hors Ligne Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Perronnet Catherine
Perronnet Catherine sur FEI

MessageImprimer : Il pleut à Bordeaux, j'en profite donc pour vous suivre et admirer, comme toujours, la magPosté le: Sam 03 Fév 2018 16:48    Sujet du message: Re : Mon voyage en Roumanie de Léna.
Répondre en citant Signaler un problème sur ce message

Il pleut à Bordeaux, j'en profite donc pour vous suivre et admirer, comme toujours, la magnifique campagne roumaine en été et les monastères aussi imposants que richement ornés. Vous aurez fait une cure de sérénité dans ce pays et de .......chaleur. Merci à vous deux.

_________________

"Les jours sont des fruits et notre rôle est de les manger, de les goûter doucement ou voracement selon notre nature propre, de profiter de tout ce qu'ils contiennent, d'en faire notre chair spirituelle et notre âme, de vivre" Jean Giono
Retour haut de page
Hors Ligne Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Léna
Léna sur FEI

MessageImprimer : Bonjour Cathy, après la pluie, viendra le beau temps.... :lol:
Merci de ton passage CathyPosté le: Ven 16 Fév 2018 17:18    Sujet du message: Re : Mon voyage en Roumanie de Léna.
Répondre en citant Signaler un problème sur ce message

Bonjour Cathy, après la pluie, viendra le beau temps.... Laughing
Merci de ton passage Cathy.





A bientôt pour la suite.....
Retour haut de page
Hors Ligne Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Léna
Léna sur FEI

MessageImprimer : 





Ce matin, il ne fait que seize degrés et le ciel est gris. 
Aujourd’hui, nousPosté le: Lun 19 Fév 2018 12:58    Sujet du message: Re : Mon voyage en Roumanie de Léna.
Répondre en citant Signaler un problème sur ce message







Ce matin, il ne fait que seize degrés et le ciel est gris.
Aujourd’hui, nous partons en solo à Targu Jiu à une soixantaine de kilomètres d’ Horezu. La route sinueuse laisse place aux lignes droites après une vingtaine de kilomètres. Nous nous éloignons des Carpates pour retrouver les plaines d’Olténie. Targu Jiu apparaît sous le soleil.
Cette ville de 80 mille habitants possède un ensemble monumental du père de la sculpture moderne, Constantin Brancusi. Né en 1876 dans un village proche de Targu Jiu, il décide de s'installer en France en 1904. A l’aube des années trente, l’état roumain lui passe commande d’une œuvre commémorant l’héroïsme du peuple roumain face à l’armée allemande pendant la première guerre mondiale. Brancusi va créer un ensemble monumental unique, sculpture abstraite pleine de symboles. Brancusi est connu dans le monde entier et il serait dommage de ne pas s’arrêter à Targu Jiu pour découvrir cette œuvre dans son berceau natal. Au lieu de placer le monument dans la ville, Brancusi place la ville au centre du monument. Ici, se mêlent sculpture, architecture et urbanisme. Un cas qui fit école !
Dans l’effervescence du matin, il n’est pas simple de trouver une place de parking. Léna photographie encore un mariage, première porte du baiser, avant de rejoindre le parc central près de la rivière Jiu.

[/size]























Un roumain nous mène jusqu’à l’entrée. Ce parc a été réalisé pour servir de cadre à l’œuvre de Brancusi. Partant de la rivière, on créa sur environ un kilomètre et demi la Voie des Héros qui mène à la Colonne sans fin. Avec l’œuvre monumentale de Brancusi, on est loin de la statuaire classique. Ici, symbolisme et abstraction sont les maîtres-mots.









Photos Roumanie

La Table du silence Targu Jiu



Photos Roumanie

Targu Jiu - La porte du baiser































La Table du silence qui s’élève près de la rivière possède la symbolique du rassemblement et de l’union avec sa table ronde. L’ensemble avec ses douze sièges symbolise le temps et les douze heures d’un cadran, les douze mois de l’année ou les douze signes du zodiaque. Mais on peut y voir aussi le symbole de l’attente des combattants qui vont franchir la Porte du baiser dont l’architecture s’inspire des portails en bois de la campagne roumaine. Cette porte représente aussi le passage des morts vers l’au-delà. Les cercles des visages sont comme des baisers où les yeux accolés deviennent forme ronde parfaite, symbole d’union.
Puis, au bout de la Voie des Héros, s’élève la Colonne sans fin, monument d’élévation au sens propre comme au figuré, une façon de joindre la terre au ciel dans une ascension constante venant des entrailles de la terre. D’une hauteur de presque trente mètres, cette superposition de dix-sept piliers montant à l’assaut du ciel est aussi une colonne de force vive, reconnaissance sans fin pour ces compatriotes ayant défendu leur terre.



Photos Roumanie

Targu Jiu - La colonne sans fin







Le long de cette voie créée dans la seconde moitié des années trente s’élèvent des constructions art déco comme l’église Pierre et Paul construite en 1938 ou l’université au style particulier. Le tout est accompagné de belles maisons des années trente ponctuant notre route.



Photos Roumanie

Eglise de Targu Jiu

































Nous revenons vers le centre et ses inévitables immeubles d’après-guerre. Le Corbusier peut dormir tranquille, ces réalisations ne sont pas prêtes d’obtenir le titre de monument historique ! La place centrale ou place de la Libération conserve de belles architectures colorées et une église de 1764, l’église saint-Michel et saint-Gabriel appelée aussi église des Marchands. Nous mangeons une salade turque sur cette place fleurie. Un thermomètre annonce 31 degrés.













































Photos Roumanie

Eglise saint-Michel et saint-Gabriel de Targu Jiu










Après avoir payé un euro pour trois heures de parking, nous reprenons la route de ce matin en passant à nouveau devant la Colonne sans fin. La route d’ Horezu nous offre ses longs villages ensommeillés en ce début d’après-midi.










Nous passons devant le camping et nous partons traîner du côté de Baile Govora où nous retrouvons une campagne authentique. Nous quittons la nationale après Pietrari dans un paysage où le vert règne en maître. De nombreux calvaires et oratoires rappellent la place prépondérante du culte orthodoxe. C’est une belle campagne authentique comme on n’en voit plus chez nous avec de nombreux puits protégés par des croix. Les villages traversés offrent un éventail d’architecture propre à la Roumanie. Cela sent bon le temps d’avant !



































































































Photos Roumanie

Maison d'Olténie














Photos Roumanie

Campagne d' Olténie
















Nous allons jusqu’au monastère Dintr-Un Lemn à la sortie du village de Dezrobiti. La route de Francesti est un itinéraire buissonnier qui mène vers la vallée de l’Olt. La campagne est magnifique. Le temps semble suspendu. La Roumanie a tant à offrir même dans ses endroits non touristiques. Le monastère apparaît dans un environnement bucolique propre au recueillement. Dans ce pays où il fait bon se perdre, la campagne roumaine est une machine à remonter le temps où les plus profonds coins de campagnes offrent un monde oublié. Une sorte de recherche du temps perdu !
Ce monastère existe depuis le 16ème siècle. A l’ origine, il n’y avait qu’une simple église en bois construite avec le bois d’un seul chêne d’où son nom roumain « d’un seul bois «. La légende raconte qu’un ermite aurait trouvé une icône de la Vierge dans la forêt. Pour l’abriter, il construisit cette église qui fut détruite par un incendie. Aujourd’hui, l’icône se trouve dans l’église en pierre construite en 1635.Tout ici respire le calme et la douceur.



Photos Roumanie

Monastère de Petite Valachie



















Photos Roumanie

Eglise du monastère Dintr-Un Lemn





























Nous quittons l’endroit pour aller à Surpatele, monastère plus intime dédié à la sainte-Trinité construit au début du 16ème siècle. Posé au milieu d’une campagne de carte postale, Il est typiquement de style Brancovan. Nous croisons un couple du Jura qui possède une maison dans les environs. Lui est roumain, sa femme française.
























Nous revenons par Baile Govora et nous rattrapons la nationale. Des cigognes survolent l’horizon. Un ciel orageux illumine Horezu d’une couleur irréelle. Nous faisons une ballade dans la ville au milieu des poteries.














La température descend à 18 degrés vers 20 heures. Des roumains et des tchèques investissent les chalets. Nous dormirons au calme avec juste ce qu’il faut de fraîcheur pour trouver facilement le sommeil.


Retour haut de page
Hors Ligne Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
D.marsim
D.marsim sur FEI

MessageImprimer : Je viens de poursuivre ton parcours de ce beau voyage :applau:Posté le: Mar 20 Fév 2018 17:18    Sujet du message: Re : Mon voyage en Roumanie de Léna.
Répondre en citant Signaler un problème sur ce message

Je viens de poursuivre ton parcours de ce beau voyage applaudissement

_________________
"La critique est aisée, mais l'art est difficile"Philippe Néricault
"L'important c'est de participer" Pierre Fredy de Coubertin

Fondateur de(s) groupe(s): Les cartes postales
Album(s): AUTOMNE - FEUILLES, SOUVENIR de VACANCES, FLOWERTIMES, CHARLIE et LES AUTRES, GASTRONOMIE en PHOTOS
Retour haut de page
Hors Ligne Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Perronnet Catherine
Perronnet Catherine sur FEI

MessageImprimer : Bonsoir Léna, c'est une excellente idée de nous faire découvrir les œuvres de Brancusi danPosté le: Ven 23 Fév 2018 20:54    Sujet du message: Re : Mon voyage en Roumanie de Léna.
Répondre en citant Signaler un problème sur ce message

Bonsoir Léna, c'est une excellente idée de nous faire découvrir les œuvres de Brancusi dans le parc qui lui est dédié: il émane beaucoup de force du travail de ce génial artiste.
J'ai aussi aimé la disparité dans l'architecture des maisons: de la plus humble à la plus somptueuse.
il y a également quelques belles scènes de campagne authentiques et, le fait que les puits soient si bien signalés, semble prouver que l'eau est un élément vital, surtout dans ces contrées aux été brûlants!
Et toujours, sereins, paisibles et magnifiquement entretenus, les monastères jalonnent votre voyage. Merci pour ce partage.

_________________

"Les jours sont des fruits et notre rôle est de les manger, de les goûter doucement ou voracement selon notre nature propre, de profiter de tout ce qu'ils contiennent, d'en faire notre chair spirituelle et notre âme, de vivre" Jean Giono
Retour haut de page
Hors Ligne Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Léna
Léna sur FEI

MessageImprimer : Merci Danièle et Cathy de vos passages.Posté le: Lun 26 Fév 2018 11:51    Sujet du message: Re : Mon voyage en Roumanie de Léna.
Répondre en citant Signaler un problème sur ce message

Merci Danièle et Cathy de vos passages.
Retour haut de page
Hors Ligne Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Léna
Léna sur FEI

MessageImprimer : 






Nous sommes réveillés par des va-et-vient de voitures et des coups de klaxonPosté le: Lun 26 Fév 2018 12:17    Sujet du message: Re : Mon voyage en Roumanie de Léna.
Répondre en citant Signaler un problème sur ce message








Nous sommes réveillés par des va-et-vient de voitures et des coups de klaxons. Un marché s’installe sur le terrain jouxtant le camping. Après avoir déjeuné, nous profitons de ce bel hasard pour immortaliser un authentique marché roumain dans la fraîcheur du matin.



























































Nous quittons le camping vers 10 heures. Le monde arrive. Nous reprenons la route de Targu Jiu où les villages sans fin défilent dans un décor de Carpates. Un radar incite les pilotes roumains à ralentir momentanément l’allure. Nous traversons Targu Jiu moins animé qu’hier et nous continuons vers l’ouest par une route jaune secondaire menant à Motru. Les lignes droites ont pris possession de l’horizon. Nous ne regrettons pas d’avoir choisi cet itinéraire peu fréquenté par les touristes mais offrant de belles scènes authentiques. La route en bel état nous permet de rejoindre rapidement Motru à l’empreinte industrielle. Nous continuons plein sud sur Brosteni et quittons au bout d’une dizaine de kilomètres la route 67A pour rejoindre Dobreta Turnu Severin par une route moins importante passant par Floresti, Cocorova et Malovat. La route prend du relief et le macadam se dégrade. C’est même franchement ondulé et dénivelé sur plusieurs kilomètres. Mais c’est tout à fait praticable avec une caravane. Les paysages sont superbes.
Dobreta Turnu Severin, grand ville portuaire au bord du Danube, s’annonce par des usines désaffectées dans une campagne brûlée par le soleil. Nous contournons la ville par le nord avec un périphérique aéré. La tranquillité de la campagne laisse place à un trafic important. Nous sommes sur le grand axe routier du sud reliant Arad à Bucarest, passant par Timisoara et Craiova. Les camions reprennent leurs droits dans la chaleur d’un samedi midi d’aout. Nous rejoignons la nationale qui serpente le long d’un Danube bleu. Nous allons longer le fleuve sur une trentaine de kilomètres. A mi-chemin, le pont-frontière avec la Serbie provoque un ralentissement avec la voie d’attente débordant sur la nationale. Le reste du chemin ressemble à une ballade le long d’une riviera danubienne. Sans les camions, ce serait parfait. Nous quittons le Danube à Orsova et nous continuons vers le nord par la E70 dans une vallée verte plus étroite serpentant le long de la rivière Cerna en direction de Caransebes. Nous allons jusqu’à Baile Herculane à une vingtaine de kilomètres au nord d’Orsova par une route zigzagante. Nous nous arrêtons dans un camping au bord de la nationale. Il ne se trouve pas dans le village de Mehadia , trois kilomètres plus au nord, comme souvent signalé dans certains guides mais cinq cent mètres après le carrefour de Baile Herculane, sur la droite avant un hôtel vert. C’est un camping de poche en contrebas de la route le long de la Cerna où il est préférable d’arriver tôt car il ne possède qu’une dizaine de places en serrant bien. Il n'y a personne mais nous nous installons.Comme nous dételons, des allemands de Stuttgart arrivent et nous aident à placer la caravane sur la place du fond le long de la rivière. Des roumains nous suivent et installent deux toiles de tentes. Une caravane arrive dans le quart d’heure suivant. Nous avons bien fait d’arriver tôt. Le propriétaire revient et, pour être tranquille, nous payons nos deux nuits : 30 euros. Les sanitaires sont propres comme nous l’avait signalé les allemands. Nous mangeons dehors sous une température agréable. Il fait 26 degrés.
En sortant, nous partons à Mehadia vérifier l’information des guides. Nous prenons quelques clichés du village mais nous ne trouvons aucun terrain de camping !



































Photos Roumanie

Gare de Baile Herculane



Nous revenons sur Baile Herculane. Après la bifurcation, les premiers kilomètres traversent la ville nouvelle avec des architectures offrant peu d’intérêt. La station est très animée et il n’est pas toujours facile de se frayer un chemin. On trouve ici tous les commerces. Des travaux de voierie ne facilitent pas la circulation sur cette route qui serpente en suivant la rivière. Au bout de cinq kilomètres, nous arrivons dans la partie historique de Baile Herculane ou Bains d’Hercule. La foule est moins dense et l’aspect bazar de foire a disparu. Nous trouvons facilement une place de parking gratuite et nous partons à la découverte d’une station thermale qui accuse le poids des ans. Cette station thermale en semi-léthargie n’est pas dénuée d’intérêt. Blottie au pied des Carpates dans la vallée de la Cerna, écrin magnifique, la ville se remet doucement d’un abandon depuis le début des années 90. L’entrée dans le capitalisme sauvage lui a été fatale. Nous sommes ici dans l’une des plus anciennes stations thermales d’Europe. Elle fut découverte par les romains en 153 et l’empereur Marc-Aurèle la fréquenta. Au milieu du 18ème siècle, la modernisation de la station et la reconstruction des bains commencent. A la fin du siècle, l’empereur Joseph II d’ Autriche vint ici pour la première fois. Mais la station ne prend vraiment son essor qu’au milieu du 19ème siècle avec la fin de la reconstruction. Cette partie de la Roumanie fit partie de l’Autriche-Hongrie jusqu’en 1918. En 1852, l’empereur François-Joseph découvre Baile Herculane et son cadre magnifique. Il y reviendra plusieurs fois avec sa femme l’impératrice Sissi qui appréciait l’endroit. L’aristocratie autrichienne et hongroise fascinée par la qualité particulière des eaux et la beauté de la région plébiscite l’endroit. La gare vue sur la nationale fut construite en 1879 sur la volonté de François-Joseph pour amener de Vienne et de Budapest une clientèle fortunée et friande de ces villes d’eaux à la mode au 19ème siècle. Cette domination autrichienne cessant en 1918, la région devint roumaine. La fréquentation continua avec la royauté suivie par les dignitaires du régime communiste. A partir des années 90, hôtels et centres thermaux furent abandonnés. Mais, depuis quelques années, des associations entreprennent la sauvegarde de ce patrimoine. La belle en haillons va retrouver ses habits d’apparat ! Baile Herculane possède incontestablement une âme même s’il faut parfois faire un effort pour imaginer ses fastes d’antan. Goethe et Andersen connurent cette station dans ses heures de gloire du 19ème siècle. En voyant ces galeries, on pense naturellement à Sissi arpentant les passages couverts qui permettaient de rester à l’ abri d’un soleil ardent ou d’une averse inattendue. Plus haut, la statue d’Hercule surveille la place centrale depuis 1852 où, sur un côté, l’hôtel art nouveau bien malade nous demande de renaître. Les associations ont du pain sur la planche mais Baile Herculane est sur le chemin de la renaissance. Un endroit qui sera à revisiter dans une dizaine d’années après une restauration totale. On a déjà stoppé la dégradation dans beaucoup d’endroits comme dans les bains impériaux qui s’élèvent de l’autre côté de la rivière et le casino va retrouver sa belle façade. Nous passons devant l’église catholique qui ferme la place. Du parvis, nous dominons la station. Puis nous allons en balade le long de la rivière jusqu’à l’hôtel Roman construit pendant les années 60-70. Curieusement, la route passe au milieu du parking couvert. En contrebas, se trouvent de curieuses baignoires naturelles où la foule se prélasse dans une eau variant entre 41 et 67 degrés. Il se dégage une odeur de soufre. La station permet de guérir de nombreuses maladies, l’asthme, l’eczéma et les problèmes respiratoires. Baile Herculane aurait un air pur équivalent à celui que l’on trouve à 3000 mètres d’altitude. Au-delà de l’hôtel, la petite route goudronnée rejoint la route de contournement de la station qui mène à Targu Jiu par une petite route de montagne à travers le parc national Domogled. Dans cette direction, se trouveraient deux campings. Une information à vérifier ! Nous redescendons vers le centre historique pour reprendre la voiture.














Photos Roumanie

Baile Herculane - Bains impériaux










































Photos Roumanie

Place Centale Baile Herculane





























































































Photos Roumanie

Eglise orthodoxe de Baile Herculane





Après avoir retraversé la ville nouvelle, nous revenons à l’ombre de la vallée. Le camping est complet avec deux camping-cars italiens et deux Land-Rover tchèques. Devant le manque de place, deux voitures qui devaient installer leurs toiles de tente repartent. Cette région près du Danube gagnerait à ouvrir un camping plus important pour combler l’attente des touristes visitant le sud-ouest du pays
.
Retour haut de page
Hors Ligne Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Perronnet Catherine
Perronnet Catherine sur FEI

MessageImprimer : Bonsoir Léna, je connais un peu la Roumanie au travers de lectures et grâce à votre excellPosté le: Lun 26 Fév 2018 19:13    Sujet du message: Re : Mon voyage en Roumanie de Léna.
Répondre en citant Signaler un problème sur ce message

Bonsoir Léna, je connais un peu la Roumanie au travers de lectures et grâce à votre excellent reportage, mais j'ai quand même été étonnée par la grande simplicité du marché de campagne. Je ne m'attendais pas à autant de bric à brac. Une question: j'ai vu plusieurs étals de ce qui paraît être des graines de céréales: c'est bien ça? Les gens les achètent pour nourrir leurs volailles?
Dommage pour la belle station thermale qui m'a rappelé celles de Karlovy Vary et de l'ex- Marienbad en République Tchèque, mais qui, elles, n'ont rien perdu de leurs splendeurs! Tu as raison, ce serait intéressant d'y revenir dans quelques années pour voir si elle a été rénovée et si elle est fréquentée. Elle paraît tellement ISOlée que l'on a du mal à y croire.
Je ne pense pas que je me serais laisser tenter par la trempette au milieu de tant de personnes, même dans une eau qui contient du soufre!! Ce doit être aussi un bouillon de culture......
Merci et bonne soirée.

_________________

"Les jours sont des fruits et notre rôle est de les manger, de les goûter doucement ou voracement selon notre nature propre, de profiter de tout ce qu'ils contiennent, d'en faire notre chair spirituelle et notre âme, de vivre" Jean Giono
Retour haut de page
Hors Ligne Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Léna
Léna sur FEI

MessageImprimer : Bonjour Cathy, 

Les marchés de campagne en Roumanie valent le détour. Authentiques, ilsPosté le: Dim 18 Mar 2018 17:13    Sujet du message: Re : Mon voyage en Roumanie de Léna.
Répondre en citant Signaler un problème sur ce message

Bonjour Cathy,

Les marchés de campagne en Roumanie valent le détour. Authentiques, ils sont à mi-chemin entre brocante et marché traditionnel. Les céréales qui s'y vendent sont simplement du maïs. On l' emploie pour confectionner un plat roumain, la mamaliga , cousine de la polenta italienne mais il sert aussi à nourrir les volailles.
La station de Baile Herculane peut sembler loin de tout mais tu verras dans le dernier sujet que le Danube et les Portes de fer deviennent une attraction à ne pas négliger. C'est donc une région au potentiel touristique qui ne demande qu'à accueillir les touristes.
Rassure-toi pour la trempette à Baile Herculane, nous avons eu la même réaction !
La Roumanie est un pays en devenir. Il faut se dépêcher d'y aller avant qu'elle ne devienne trop touristique et que son authenticité disparaisse !
Merci de ton passage Cathy.


A bientôt pour la suite et la fin de ce troisième en Roumanie.
Retour haut de page
Hors Ligne Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Léna
Léna sur FEI

MessageImprimer : 





Le soleil allume la vallée. La journée promet d’être semblable aux précédentesPosté le: Dim 18 Mar 2018 18:20    Sujet du message: Re : Mon voyage en Roumanie de Léna.
Répondre en citant Signaler un problème sur ce message







Le soleil allume la vallée. La journée promet d’être semblable aux précédentes après la dissipation de la fraîcheur matinale.
Nous partons faire quelques courses à Mehadia dans une épicerie invisible repérée la veille. Nous achetons un pain pour 20 centimes d’euros et des tomates à 50 centimes d’euros le kilo. Comme il nous reste un peu de monnaie, nous poussons le luxe jusqu’à acheter quelques pêches à … 60 centimes d’euros !





Photos Roumanie

Le Danube à Orsova




Nous descendons jusqu’à Orsova, ville d’un peu plus de dix mille habitants posée dans un coude du Danube. Orsova est une ville moderne reconstruite au début des années 70, l’ancienne cité ayant disparue sous les eaux à la suite de la construction d’une centrale hydraulique et d’un barrage. Dans ce grand programme socialiste mis en œuvre par la Roumanie et la Yougoslavie d’alors, la ville se déplaça et prit un peu de hauteur. Cette époque vit aussi la disparition d’une page de la civilisation orientale avec l’ile d’Ada Kaleh. Cette île de 1,7 kilomètre de long sur 500 mètres de large se trouvant au milieu du fleuve, un peu au sud d’Orsova, fut complètement engloutie par le Danube. Après avoir été habité par les Valaques, les Ottomans prirent possession de ce minuscule bout de terre, endroit stratégique sur un Danube qui formait une frontière entre territoire ottoman et puissance austro-hongroise. Ce Danube sépare ici les Carpates des Balkans dans le plus important défilé fluvial d’Europe. De 1522 à 1878, les Ottomans, presque sans discontinuer, en firent un point stratégique permettant de contrôler le trafic fluvial d’une route maritime alors très fréquentée. Pendant une courte période du dix-septième siècle, les Autrichiens repoussèrent les Ottomans au-delà du Danube et construisirent une forteresse avant qu’en 1739, les turcs reprennent possession de l’ile. Elle redevint austro-hongroise en 1878 quand les ottomans furent chassés définitivement et roumaine en 1923 après la chute de l’empire austro-hongrois. Malgré tous ces bouleversements, une partie de la population ottomane resta en Roumanie jusqu’à la fin des années soixante et de l’évacuation définitive de l'île. A cette époque, une partie des habitants repartit en Turquie alors que d’autres gagnèrent la région de Constanta où résidait déjà une communauté turque. A partir de l’entre deux guerres jusqu’à sa fermeture définitive en 1968, Ada Kaleh attira de nombreux visiteurs, jusqu’à quinze mille par an. On plongeait alors dans un monde oublié, véritable décor de cinéma d’un Orient disparu. Après 1968, certaines maisons furent démontées et reconstruites dans l'île toute proche de Simian. Le cimetière et la mosquée furent aussi transportés dans cet endroit en prévision d’un déplacement de population qui n’aura jamais lieu.

Voici deux films plein de nostalgie trouvés sur le net :






La ville nouvelle d’Orsova, animée par une foire, ne déclenche pas l’enthousiasme au niveau architectural. Seule l’église de l’Immaculée Conception construite entre 1972 et 1974 suscite l’intérêt. Son architecture singulière lui a permis un classement en monument historique. Nous ne pouvons la visiter mais le système de portes ouvertes nous permet d’apprécier l’intérieur. Seule église catholique construite pendant le régime communiste, elle fit couler beaucoup d’encre avec ses fresques peintes représentant Lénine, John Lennon et Nadia Comaneci !



Photos Roumanie

Eglise catholique d' Orsova








































Nous partons pour la ballade au bord du Danube. La route monte dans la colline et rejoint les rives du fleuve après Eselnita.




















Nous sommes dans ce que l’on appelle les Portes de fer, nom faisant référence à la période ottomane où une chaîne barrant le fleuve permettait de percevoir des taxes douanières. La largeur du fleuve peut passer de deux kilomètres à moins de 150 mètres dans sa partie la plus étroite comme le défilé de Cazan qui approche. Les touristes sont bien présents et la route est bloquée un peu plus loin devant la sculpture de Décébale, dernier roi dace considéré comme le Vercingétorix roumain. Il est impossible de s’arrêter. Une foule roumaine s’agglutine devant ce portrait haut de 40 mètres inauguré en 2004 rappelant le mont Rushmore et les présidents américains. Sur la rive serbe, on devine plus qu’on ne l’aperçoit la Table de Trajan qui contemple le fleuve depuis l’an 103 de notre ère. C’est ici à flanc de collines qu’une route fut tracée dans la roche pour permettre le passage des légions romaines. L’Histoire avec un grand H est inscrite dans ce morceau de Danube. Nous passons devant le monastère de Mraconica envahi de monde. L’église actuelle datant de 1947 est construite à l’emplacement d’un monastère élevé au 14ème siècle. Nous croisons deux caravanes, une allemande et une roumaine. Nous passons en espérant pouvoir s’arrêter au retour.







Photos Roumanie

Décébale au bord du Danube




Photos Roumanie

Les Portes de fer





Sur l’autre rive, nous apercevons la route serbe et ses tunnels courant dans la colline qui peut atteindre 200 à 300 mètres de haut. Nous continuons sur cet itinéraire plein de beauté naturelle en traversant de petits villages très calmes. Ca et là, de belles maisons s’étalent sur la rive. Le camping sauvage fait son apparition avec des tentes et des caravanes posées au bord du fleuve. Chaque virage nous offre des paysages de cartes postales. On en profite pour pique-niquer dans ce décor bleu et vert loin de la foule. Il fait 31 degrés. Apparemment, les touristes délaissent cette route créée au 19ème siècle en ne dépassant pas le monastère. Mais qui se plaindrait de passer une après-midi tranquille dans ce défilé du Danube qui gagne à être connu. Nous nous arrêtons à la station lacustre de Berzasca qui vient d’ouvrir il y a quelques semaines. Gageons que ces appartements rencontreront le succès dans un tel environnement !












Photos Roumanie

Les Portes de fer 2



















Photos Roumanie

Farniente au bord du Danube




Photos Roumanie

Les Portes de fer 3


















Photos Roumanie

Les Portes de fer 4





























Photos Roumanie

Le défilé de Cazan



Puis c’est le retour par la même route le long d’un Danube réellement bleu. Nous pouvons nous arrêter sans problème au monastère et admirer calmement Décébale.























Photos Roumanie

Décébale dans le défilé de Cazan





Photos Roumanie

Monastère de Mraconia







Nous continuons sur Orsova. Par une route étroite et pentue qui tutoie les 10%, nous montons jusqu’au monastère saint-Anne ouvert en 1939 ! Nous découvrons le Danube avec un peu de hauteur. Ce monastère en bois aux curieuses cheminées trouve son origine pendant la première guerre mondiale. Un grand journaliste roumain de cette époque qui combattait l’armée austro-hongroise promit à Dieu de construire un monastère à cet endroit s’il sortait vivant de ce conflit. Son vœu se réalisa et le monastère fut construit. C’est une visite pleine de sérénité bien agréable à la fin du jour.













































Le retour au camping se fait dans l’ombre des collines. Deux camping-cars hollandais et français côtoient des tentes roumaines.


Le voyage touche à sa fin. Ce matin, nous sommes le 15 août. Nous avons décidé de partir tôt pour rouler mieux. Les camions roumains côtoient les bulgares sur le mode pressé. La route est magnifique jusqu’à Caransebes avec un revêtement parfait. Nous quittons la vallée de la Cerna au nord de Mehadia en continuant sur Plugova. Une route en lacets monte à l’assaut des collines jusqu’à 650 mètres avant de redescendre sur Crusovat . Ensuite, la route joue au serpent en enchaînant virages et courbes à n’en plus finir. Nous traversons peu de village mais nous remarquons à Sadova Veche un mini camping grand comme un mouchoir de poche vert à côté du motel Silvia. Une information qui peut servir ! Ensuite, c’est Buchin, dernier village avant Caransebes qui attire le regard avec de nombreuses maisons carrelées de faïences multicolores, décor de frises rappelant les dessins ethniques des vêtements roumains. L’APN nous dit qu’il est impossible de ne pas s’arrêter pour immortaliser ces façades ! Un giratoire bienvenu exauce nos vœux et nous revenons en sens inverse pour nous garer à droite. Comme je prends les premiers clichés, un homme sort de chez lui et vient à notre rencontre. Je lui explique combien cette rangée de maisons est magnifique ! Il nous conduit alors au bout de la rue voir une maison cachée par la végétation et l’ombre du matin. Les gens sortent de chez eux et une femme nous invite à photographier son garage carrelé. Nous allions repartir quand l’homme revient et nous convie dans un français parfait à prendre un café chez lui. Il a travaillé en Belgique et, pour son plaisir, fabrique des balançoires et des bancs de bois. Une belle façon de terminer ce voyage avec cet incroyable accueil roumain !


















































Nous arrivons sur Caransebes avec des paysages de plaines et des troupeaux de moutons. Le vert des vallées cède la place aux horizons brûlés par le soleil. Nous contournons Lugoj parmi les camions. Une autoroute toute neuve nous mène à Timisoara et Arad avec le soleil à son zénith. Il fait 34 degrés. La plaine jaunie nous mène au-delà de la frontière hongroise. Il nous faudra une heure pour changer de pays. Chaque voiture est contrôlée. Nous continuons sur Kecskemet et Bugac.
Le camping est plus chargé qu’à l’aller avec une tente slovène, un 4x4 à cellule portugais, deux caravanes allemandes et deux camping-cars suisse et italien. Nous mangeons dans l’après-midi qui s’annonce avant de faire une sieste réparatrice.





A la fin de ce voyage, nous nous devons de parler de la disparition en décembre 2017 du roi Michel de Roumanie à l’âge de 96 ans, dernier roi européen issu de ces royautés d’avant-guerre ! Une page d’Histoire de la Roumanie est définitivement tournée avec ce roi qui n’a pas régné trois fois mais qui a beaucoup œuvré pour l’adhésion de son pays dans la communauté européenne ! La Roumanie entre maintenant dans le 21ème siècle !


Nous espérons que ces chroniques d’un pays magnifique donneront à certains l’envie de partir à leur tour à la découverte de cette surprenante Roumanie. Après le temps des découvertes succède le temps des souvenirs. La Roumanie restera dans nos mémoires comme le plus attachant des pays d’Europe centrale. La Roumanie est un pays suspendu entre passé et avenir, un pays parfait pour les nostalgiques.
Terre de naturel, d’authenticité, où le soleil d’été est encore un sourire ajouté à d’autres sourires ! La Roumanie, c’est un choc, un pays d’émotions, une belle joie de vivre. Un cocktail qui nous donne l’envie d’y retourner encore et encore pour découvrir mille petites choses qui nous ont échappé même si nous en avons savouré des centaines. L’incroyable patrimoine architectural religieux, le charme ancien des campagnes, les paysages somptueux, l’accueil chaleureux de ses habitants, l’authenticité de ses traditions en font une destination pleine d’avenir. Il faut simplement que cela se sache ! Et nous sommes là, simples voyageurs, pour mettre en lumière, montrer avec des images et dire avec des mots sincères la beauté de ce pays. A mesure que s’éloigne les ombres du passé, ce pays revient dans la lumière même si le soleil s’est toujours levé à l’est !





Voici la carte de Roumanie avec les trois circuits:
le voyage de 2013 en vert,
le voyage de 2015 en bleu,
le voyage de 2016 en rose.





Pour dire au revoir à la Roumanie, nous vous offrons la Balade de Ciprian Porumbesco, compositeur roumain disparu à l'âge de trente ans en 1883.






Retour haut de page
Hors Ligne Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé
Domi
Domi sur FEI

MessageImprimer : Et bien dis donc, quels périples vous avez faits dans ce pays, vous nous avez embarqués d'Posté le: Mar 20 Mar 2018 9:11    Sujet du message: Re : Mon voyage en Roumanie de Léna.
Répondre en citant Signaler un problème sur ce message

Et bien dis donc, quels périples vous avez faits dans ce pays, vous nous avez embarqués d'une jolie façon avec toutes ces photos et vidéos, que de curiosités vous nous avez fait découvrir, ces architectures, ces villages qui nous embarquent dans des temps anciens, les sourires de ces habitants, cette balade en barque sur le delta du Danube qui nous ouvre à l'appel de la nature.
Tout ceci faits par toi et ton mari, sans oublier la façon pour nous raconter ce que vous avez vécu, merci à vous deux et à bientôt pour de nouvelles aventures.
Retour haut de page
Hors Ligne Voir le profil de l'utilisateur Envoyer un message privé Visiter le site web de l'utilisateur
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12, 13, 14, 15, 16, 17, 18, 19, 20, 21  Suivante
Page 20 sur 21

Sauter vers:  
Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas voter dans les sondages de ce forum

Les tout derniers messages photo postés
Titre du sujet
 Sondage Photos Forum "FLEURS JAUNES" ! >  23/04 23:30
 Concours : photos d'avril 2019 : FLEURS JAUNES ! >  23/04 23:01
 Instantanés sur une sortie de piste... >  23/04 14:44
 Création du LOGO pour L’ÉTÉ 2019 ! >  23/04 10:46
 Mon voyage en Bulgarie de Léna >  20/04 21:02
 Conseil pour stabilisser mon Lumix sur trépied >  15/04 22:12
 Google, saisie semi automatique perdue >  13/04 12:24
 Qui a un thème pour le prochain concours photo du forum ? >  12/04 17:00
 >>> Tous les derniers messages du forum  
Les tout derniers sujets postés
Titre du sujet
 Sondage Photos Forum "FLEURS JAUNES" !  23/04 23:00
 Création du LOGO pour L’ÉTÉ 2019 !  23/04 10:46
 Instantanés sur une sortie de piste...  18/04 19:08
 Concours : photos d'avril 2019 : FLEURS JAUNES !  31/03 23:00
 Sondage Photos Forum 02 et 03 2019 "Distorsions" !  24/03 00:07
 Un endroit où je vais souvent...  21/03 23:57
 Sondage pour LE LOGO DU PRINTEMPS 2019  14/03 08:24
 Création du LOGO pour le PRINTEMPS 2019 !  10/02 00:00
 Concours : photos des 02 et 03 - 2019 : DISTORSIONS !  01/02 00:01
 Conseils pour photochaphier les roitelets  29/01 07:44
 Conseil pour stabilisser mon Lumix sur trépied  28/01 20:16
 VOTE PHOTOS de janvier 2019 : LUMIÈRES FESTIVES !  24/01 00:00
 Tinley, nouveau venu sur le forum  20/01 17:31
 Problème pour rédiger le texte lors d'envois photos  02/01 18:40
 Concours - Forum de janvier 2019 : LUMIÈRES FESTIVES !  01/01 00:00
 Quelle couleuvre (Luberon) ?  30/12 13:49
 >>> Tous les derniers sujets du forum  



Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com Partager vos photos | Nouveautés | Photos favorites | Groupe Photo | Album Photo | Concours Photo | Forum | Blog | Fond ecran Iphone | Buzz Photo | HD Wallpapers | Contact | Plan du site